Histoire
Histoire

Note d'histoire

L'origine de notre Commune est très ancienne ainsi qu'en témoigne son étymologie LUCUS signifiant BOIS SACRE. De même, la rivière LA BOULOGNE provient d'une ancienne forme celtique BEDONIUM voulant dire BOUE.
Les populations d'alors, confinées dans les forêts étaient vouées au culte druitique.
Aussi nous retrouvons actuellement les lieux-dits rappelant cette époque les Temples, le Poisac, le Champdolent, et surtout la Motte du Petit Luc où vraisemblablement subsistent des sépultures.

En 1080, nous avons connaissance de Saint Pierre du Luc : une charte fait mention d'une donation de la seigneurie de la Roche et du Luc au profit de l'Abbaye de Sainte Croix de Talmont.

A cette époque, quatre barons de Saint Pierre du Luc massacrés par des infidèles : Gosselin, Guillaume, Antier, Rainier (un vitrail de l'église des Lucs le représente au-dessus du porche d'entrée).

En 1090, une charte précise l'existence de la Paroisse de Notre Dame du Petit Luc.

Durant les guerres de religion, l'église de Saint Pierre du Luc fut deux fois pillée et brûlée par les Calvinistes en 1553 et en 1558. Petit et Grand Luc devinrent principauté-pairie en 1556, le seigneur en était Louis II de Bourbon, Pair de France. Plus tard, celle-ci fut la propriété du Comte d'Artois, futur Charles X et dont les armes apparaissent encore aujourd'hui dans l'Eglise de Beaufou.

La révolution n'épargne pas notre commune puisque, après s'être insurgée à plusieurs reprises, elle dut subir le massacre de 564 personnes le 28 février 1794.

Nous vous conseillons de visiter la Chapelle du Petit Luc où vous pourrez voir sur les tables de marbre la liste des gens de la paroisse décédés à cette époque.

Après cette période troublée et dont on n'a particulièrement rien recueilli par tradition orale, la vie reprit. Les Lucs sur Boulogne, dès le milieu du XIXème siècle ; possédaient des carrières de pierres où de nombreux ouvriers taillaient le granit. On dit que ces derniers se servaient d'un instrument appelé Chèvre pour déplacer les blocs de granit et c'est aussi la raison pour laquelle on les a appelés les becots.

Si l'activité principale a été longtemps l'agriculture, on continue toujours à tailler la pierre de granit - trait d'union avec le passé.

La Municipalité des Lucs sur Boulogne a su s'adapter à l'évolution industrielle et pour fixer la population, a créé des zones artisanales où depuis quelques années des industries se sont implantées : MARIEBEL SA (Pâtisserie Industrielle), LA BELLE HENRIETTE (Salaisons), S.E.F.A. (Confection), Société NOUVELLE PRÉFA ÉLEC (Préfabrication installations électriques), L'IMPRIMERIE DU BOCAGE (Imprimerie).

Parallèlement, l'artisanat notamment celui du bâtiment reste présent sur la Commune.

L'amélioration du Cadre de Vie a été et reste une des priorités de la Municipalité

L'effacement des réseaux aériens et l'aménagement du Centre Bourg ont contribué à revitaliser les places centrales. Le regroupement au Centre des commerces et services a été encouragé : réinstallation de la pharmacie, transfert du Bureau de Poste. Le programme de rénovation des façades, subventionné par la Commune a été bien accueilli.

Les efforts d'embellissement de la Commune ont été reconnus avec, en 1996, le premier prix départemental de la catégorie au concours LE PAYSAGE DE VOTRE COMMUNE et un 2ème prix régional.
La commune des Lucs a obtenu sa 1ère fleur au concours national des villes et villages fleuris en 1997. Distinction qui nous a été confirmée en 1998, une 2ème fleur en 1999 et une 3ème fleur en 2001.

0